LE BILAN DE MON ANNÉE 2018 EN TANT QUE MAMAN

Je me suis inscrite au super challenge « Mon année 2019 sur mesure » de ma copine Cécile de Blog By Yourself (mais comme on est dans l’univers des parents ici, vous la connaissez peut-être mieux de La cour des petits, car oui elle fait mille choses !) qui propose de planifier son année 2019 de blogueuse entrepreneuse (si tu veux participer au challenge, tu peux t’inscrire ici)

Le premier challenge est de faire un bilan de son année 2018 d’entrepreneure et je me suis dit « mais si je le faisais dans tous les domaines de ma vie ! » donc je commence ici par ma vie de maman (et je verrai si je vous partagerais mes autres domaines comme mon couple, ma vie perso et ma vie pro).

Alors commençons, au début de l’année 2018 mes enfants avaient 4 ans et demi et 15 mois. Ninja était chez les moyens (maternelle) et Ninjette chez les moyens (crèche), très pratique pour moi 😉

 

Commençons par faire un tour d’horizon sur ma façon d’être mère avec mes enfants :

Les enfants

Le développement émotionnel

Ces 2 âges sont pour moi des moments clé pour l’apprentissage des émotions, et toute cette année j’ai travaillé à ça, je dirais même que c’était mon travail principal de maman : apprendre à mes enfants à reconnaître et à gérer leurs émotions.

Ninjette en est au tout début, donc on est dans le décodage, qu’est-ce qu’elle ressent, comment le verbaliser, lui introduire aussi la notion d’empathie avec la lecture des émotions des autres membres de la famille et de ses camarades.

Pour Ninja le travail d’identification a été fait, la suite était qu’il le formule lui-même « je me sens… » ce qui est moins facile qu’on pourrait le penser. Puis vient le temps de la gestion de l’émotion, le rassurer (une émotion est passagère), laisser vivre son émotion, ne pas la retenir et savoir l’exprimer sans que cela soit destructeur (pour la colère et la tristesse qui peuvent faire peur). Et l’autre partie du travail est la gestion des émotions de l’autre : reconnaître l’émotion de l’autre et s’adapter, par exemple maman est en colère, ne pas attiser la chose (oui c’est moi la chose !!) ou accepter les conséquences, Ninjette ronchonne, ne pas la confronter…

J’avoue que c’est la  partie que j’ai préférée cette année car cela se répercute dans l’estime de soi et dans l’audace que les enfants peuvent s’accorder. J’aime voir et comprendre les émotions des gens, de mes clientes, de mes amis, de mes proches, même des inconnus. C’est une recherche sans fin car il y a tellement de façon d’exprimer les 5 émotions de base. Et j’apprends moi aussi à vivre mieux avec mes émotions.

Le meilleur outil

La gestion des crises

Cette année fut très simple à gérer niveau crise. Voici une crise classique chez nous :

– non

– mais non !

– noooon !

– nOOOOOn !

– NOOOOON !!!!

– hahahahahaha (rires à gorges déployées des deux protagonistes)

 

 

Le tout en moins d’1 minute !!! Donc même pas besoin d’intervenir et donc de se demander comment intervenir, leurs bagarres sont très vite désamorcées, ceci peut-être dû à leur complicité. Donc très simple pour moi.

Néanmoins je préfère prévenir que guérir et je me suis documentée sur les crises dans la fratrie grâce à la géniale formation des Super Parents créée en collaboration avec Isabelle Filliozat, une mine d’or.

 

Les centres d’intérêt

Cette fin d’année a été marquée par l’entrée de toute la famille dans la préhistoire et l’invasion du salon par quelques bêtes imposantes : les dinosaures ! Et oui Ninja est en plein dans sa période dinosaure. Donc tout y passe, livres (merci la bibliothèque) les figurines, les dessins animés (notamment cet hybride Pokémons / dinosaures : Dinosaur King !!! Merci Netflix…). Ce qui est pratique dans cette histoire c’est qu’au moins on sait quoi lui offrir. Ce qui m’impressionne c’est sa passion du savoir, apprendre et retenir toutes les caractéristiques liés à ces animaux est fantastique à observer. Il lit encore et encore et répète et nous apprend pour s’assurer d’avoir assimiler ses nouvelles connaissances.

 

Pour sa part, Ninjette tombe petit à petit dans son côté rose de la force et mime Libérée délivrée (alors qu’elle n’a jamais vu le film de la Reine des neiges !) et s’extasie devant Minnie et Peppa Pig. Elle adore se parer de sacs (à main et à dos) et de bijoux pour faire comme Maman. Je n’encourage absolument pas les jeux genrés mais force est de constater qu’elle penche de plus en plus du côté fille à réclamer des robes et des capes pour faire comme les princesses ! D’ailleurs je m’interroge d’où vient cette attrait pour les princesses car je ne l’ai pas du tout exposé à ça et surtout j’ai mis un gros véto sur le surnom « princesse » qui est strictement interdit !

 

 

Être maman je le vis aussi de l’intérieur et ça me remue, ça m’émoustille, ça me met en joie, en colère aussi, beaucoup, souvent, fort, ça me fait rire, ça me fait pleurer de rage, de fatigue, de rire. Alors voilà mon bilan de ma vie de maman vue de l’intérieur de mon cœur :

Moi dans mes baskets

Cette année ce rôle a été un peu lourd à porter, j’avais très envie de liberté, j’avais plus d’une fois envie de claquer la porte, de faire un bond de 13 ans dans le passé pour m’enfermer dans mon studio d’étudiante et revivre mes années de vie en solo où après le boulot je rentrais, je me mettais sous la couette et je bingeais des films, ou alors le moment où à 18h j’appelais ma copine « ça te dit d’aller te boire une bière là maintenant ? RDV dans 20 minutes à notre bar préféré » ou alors ces week-ends en amoureux où on ne décollait pas du lit alternant sushis à emporter et les 11 saisons de Friends non-stop pour la 5è fois.

 

Mais ce que je retiendrais avant tout de cette année 2018, ce sont toutes ces séances de cânin comme dirait ma fille – câlin pour les initiés. Des câlins beaucoup, tout le temps, c’est le meilleur remède que j’ai trouvé à la prévention des crises. Et du rire aussi, rire beaucoup, pour désamorcer les crises, pour passer à autre, pour désenvenimer une situation délicate, rire pour partager, pour renforcer les liens, pour créer des souvenirs.

Pour 2019, on s’achète donc le dictionnaire des meilleures blagues potaches de bistrot !!!

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.