ET SI ON PARLAIT DE NOS FAUSSES COUCHES ?

Je n’ai jamais fait de fausse couche.
Je sais que beaucoup de femmes sont passés par là.
Je sais aussi qu’aucune d’entre elles n’en parlent.
Je sais aussi que certaines fausses couches ont été vécues dans la souffrance et qu’elles ont laissé des traumatismes.
Et ça aussi, aucune d’entre elles n’en parlent.

Si ! Elles en parlent ou plus précisément, elles le mentionnent, vite fait, en passant, en balayant d’un revers de main tout ce que cela implique.

Pourquoi ? Pour oublier la douleur ?
Parce que c’est commun ? Que ça arrive à beaucoup de femmes ?
Si personne n’en parle c’est que ça ne doit pas être si grave, si important. Voire même cela n’a jamais existé !

Moi aujourd’hui je te dis que c’est important et que c’est grave. Je te dis qu’il est temps que tu racontes ta souffrance. Je te dis que le monde doit savoir à quel point cela fait mal de perdre un enfant qui n’en était pas encore vraiment un, sauf pour toi.

Et toi ? Pourquoi tu ne parles pas de ta fausse couche ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.